nan-goldin-guerriere-et-gorgone-serie-k
nan-goldin-guerriere-et-gorgone-serie-k

Nan Goldin. Guerrière et gorgone

Ce livre est un hommage aux images à la fois tendres et violentes de la photographe Nan Goldin.
Goldin est une guerrière, une gardienne de la mémoire. Elle lutte pour qu’on n’oublie pas la vie des femmes, des sidéens, des bannis. Depuis la mort brutale de sa soeur aînée adorée, elle se bat pour le souvenir de ceux qu’elle a perdus.
Goldin est une gorgone dont le regard sidère. Elle demande de poser les yeux sur ce qui est étranger, elle exige que les secrets soient dénudés.
Martine Delvaux met ici ses pas dans les pas de Goldin, et avance avec elle dans la colère, la rébellion et l’amour fou.
L’écrivaine trouve chez la photographe une oeuvre-soeur, un écho de sa propre esthétique et de son engagement à dire, coûte que coûte, ce qu’elle sait et ce qu’elle voit.

9782923975344

116 p.

23/04/14

Martine Delvaux

Romancière et essayiste féministe, Martine Delvaux est notamment l’autrice de Blanc dehors, Le monde est à toi, Thelma, Louise & moi et Pompières et pyromanes. Elle a été finaliste à de nombreux prix, et plusieurs de ses livres ont été traduits en anglais et en espagnol. Son essai Le boys club a remporté le Grand Prix du livre de Montréal.

Photo : Julia Marois

revue de presse

Marie-Louise Arsenault

Plus on est fous, plus on lit

Née en banlieue de Washington au début des années 50, Nan Goldin a été marquée par le suicide de sa soeur. La photographe a ensuite consacré sa carrière à photographier des sujets souvent considérés comme marginaux : transexuels, drogués, sidéens, etc. « On l’a beaucoup représentée comme la photographe des marges. Mais, comme elle le dit : ‘Le monde, c’est la marge.' »

Écouter

Myriam Daguzan Bernier

Ma mère était hipster

Martine Delvaux propose ici un exercice intéressant, mélangeant essai littéraire et portrait d’artiste, dans un style assez libre qui nous donne une impression de journal intime (sans la connotation péjorative – fleur bleue ou encore cliché – que peut suggérer cette appellation). À lire pour (re)découvrir une artiste fascinante, présentée ici par une écrivaine qui l’est tout autant.

Lire

Chantal Guy

La Presse

Un essai tonifiant. Pour beaucoup de lecteurs qui ne connaissent pas Galás et Goldin, ces hommages sentis seront une découverte. Pour les initiés, les essais de Mavrikakis et Delvaux peuvent être perçus comme des offrandes à ces guerrières qui ont mené le combat jusqu’au plus profond de leur chair et forcé leurs contemporains à ouvrir les yeux et les oreilles.

Lire

Daoud Najm

Radio-Spirale

Entretien avec Martine Delvaux et Catherine Mavrikakis à l’occasion de la sortie de Nan Goldin et Diamanda Galás.

Voir

Vickie Lemelin-Goulet

Les méconnus

Avec Nan Goldin. Guerrière et gorgone, Martine Delvaux vient créer des liens entre elle et son idole pour les inscrire dans un processus créateur. Faire revivre? Elle n’est pas encore morte. Justifier? On ne justifie pas un génie. Rendre hommage et inscrire à sa façon dans une mémoire collective? Cela se peut.

Lire

Elsa Pépin

Rature et Lit

Martine Delvaux s’entretient avec Elsa Pépin sur l’Art, sur la mythologie, sur la transfiguration et sur Nan Goldin.

Voir

Mäx Lachaud

Obsküre Magazine

Entre analyse, autobiographie, réalité et imaginaire, Nan Goldin devient une soeur fantasmée pour Martine Delvaux, féministe et enragée. Mise en abyme, regard singulier, sensibilité, la réflexion est protéiforme, la purgation impossible. Au final, des questionnements passionnants sur le sacré dans l’art et sa capacité à donner à voir, entendre et percevoir la douleur.

Lire

Daoud Najm

Spirale

A mi-chemin entre le portrait, l’étude et le récit, les deux essais de Martine Delvaux et Catherine Mavrikakis – consacrés l’un à Goldin, l’autre à Galás – nous mettent en présence de deux femmes qui, veillant encore et toujours leurs morts, nous enjoignent à inquiéter l’idée même de deuil tel qu’il est aujourd’hui vécu.

Lire