Mykonos

Il y a le labyrinthe blanc des petites rues de Mykonos Town, la foule dense, la musique assourdissante et l’eau turquoise qui baigne l’abord des plages, tout autant que les côtes rocheuses de l’île grecque.
Christopher, Sebastian, Jules et Pavel voyagent tous les quatre pour la première fois loin de chez eux.
Les nuits sont longues à Mykonos. Dans ce roman solaire, elles peuvent également être périlleuses.

Pré-finaliste au prix littéraire France-Québec 2019

9782924666586

120 p.

05/09/18

Olga Duhamel-Noyer

Olga Duhamel-Noyer vit à Montréal. En plus de Mykonos, elle est l’autrice des romans Highwater, Destin, Le rang du cosmonaute et Une autre vie est possible.

 

 

Photo : Charlie Marois

revue de presse

Anne-Frédérique Hébert-Dolbec

Le Devoir

Sans trop s’appesantir, avec une finesse remarquable, Olga Duhamel-Noyer dresse un parallèle intéressant entre le passage à l’âge adulte et les illusions perdues du voyageur inconscient, du consommateur effréné introduit pour la première fois aux conséquences de ses actes. Un roman surprenant et révélateur.

Lire

Alice Develey

Le Figaro

Olga Duhamel-Noyer distille avec beaucoup de subtilité un mélange de tension et d’électricité au milieu des serviettes de plage. Un roman haletant.

Choisir...

Chantal Guy

La Presse

★★★★

Un récit brillamment tissé par l’écriture précise et sans affects d’Olga Duhamel-Noyer.

Lire

Céline O'Clin

Radio Télévision Suisse

Mykonos c’est comme le ressac à la suite de vagues, qui, à chaque fois, fait monter la tension, une tension qui ne retombe jamais, mais qui n’éclate pas non plus alors qu’à chaque fois on s’attend à ce que ça arrive. Ça pourrait arriver à tout moment. C’est comme une montée sans descente, il y a quelque chose de wagnérien.

Écouter

Feya Dervitsiotis

Le Matricule des Anges

Par un effet de contraste électrisant – à l’origine de l’atmosphère subrepticement inquiétante du roman -, l’écriture, elle, est glacée, sobre, coupante. Son minimalisme produit une intensité de gong, figurant la violence sourde qui finira par exploser.

Choisir...

Gladys Marivat

Lire

Olga Duhamel-Noyer maintien la tension jusqu’au bout en nous confrontant à nos fantasmes et préjugés.

Choisir...

 Jérémy Laniel

Bien entendu, Ici Radio-Canada

Olga Duhamel-Noyer évite absolument tous les pièges et écrit au scalpel. Ça sent l’alcool, ça sent la chaleur, le sel de la mer. La force de ce roman tient à ce qui se joue entre les phrases, entre les lignes. Ce livre m’a soufflé, c’est le roman d’un choc. Vraiment exceptionnel!

Écouter

Mélikah Abdelmoumen

Lettres québécoises

Une sorte de magie noire semble à l’œuvre. Celle du style sobre, mesuré d’Olga Duhamel-Noyer, celle de son sens des descriptions, et de sa capacité à créer une ambiance inquiétante, porteuse d’une tragédie en train de se préparer dans un décor qui devrait être paradisiaque, habité par des corps festifs, parfaits.

Le billet de la rédac chef

Lire

Billy Robinson

Les Libraires

Évasion parfaite vers des îles plus grandes que nature et dont les nuits sont réputées pour être longues… et pleines de surprises. Ce nouveau roman intriguant d’Olga Duhamel-Noyer est superbe, tout comme les images qui nous viennent en tête lors de la lecture de ces pages !

Lire

Josée Boileau

Le Journal de Montréal

Un texte hypnotisant de détachement. Comme si on avançait face à un soleil trop blanc, qui aveugle sur ce qui nous attend. L’insouciance ne peut pas durer. Mais Olga Duhamel-Noyer nous y mène de manière si fine qu’on n’a qu’une envie en finissant son livre : le recommencer.

Lire

Hans-Jürgen Greif

Frontières

Mykonos réunit toutes les qualités garantissant le succès d’un roman exceptionnel : exposition serrée de la situation de départ, concision des détails dans la représentation des circonstances de l’événement central, décentré et placé en finale comme dans une novella […], tracé parfait du profil psychologique…

Lire

Julien Lefort-Favreau

Spirale

L’œuvre de Duhamel-Noyer est sans morale. On y regarde ce qui existe. Elle est littérale et, en cela, remplie de savoirs sur le monde.

Chantal Guy

La Presse

Mais un drame, causé par l’enchaînement des désirs, et de la méconnaissance de soi pourrait-on ajouter, point à l’horizon, brillamment tissé par l’écriture précise et sans affects d’Olga Duhamel-Noyer.

Lire

Pascale Millot

Montréal Centre-Ville

Dans une écriture à la fois retenue et sensuelle, Olga Duhamel-Noyer dessine à traits légers le destin des personnages de sa tragédie grecque, où s’opposent comme il se doit pulsion de mort et pulsion de vie.

Evlyne Leraut

L'Éléganc des livres

Splendide, crépusculaire, d’une lucidité vive et magnétique.

Lire

J.G

L'Appel

Un condensé de la vie adolescente, contradictoire et attachante, qui mêle légèreté et gravité.

Choisir...

 

Sélection du Reader's Digest

À la fois labyrinthe inquiétant et ville oasienne, Mykonos devient un personnage – tout comme la chaleur du soleil et l’éclat de la mer.

Louis Gagné

Librairie Raffin

… d’une grande finesse, d’une belle maîtrise et insidieux comme le soleil…

 

Librairie Coop Zone

Assurément, un des plus beaux livres de l’automne québécois.

Josée Boileau

Le Journal de Montréal

Quatre jeunes hommes partent en vacances sous le soleil aveuglant de la Grèce. La fête continuelle les étourdit, on sent que ça finira mal, mais quand, et comment ? L’auteure nous mène à la finale avec un détachement remarquable de maîtrise, qui rend à la superficialité toute son essence. Un roman court, mais puissant.

Marie-Andrée Lamontagne

Parking Nomade

Entretien entre Olga Duhamel-Noyer et Marie-Andrée Lamontagne.

Écouter

Patrick Bergeron

University of Toronto Quarterly

La romancière manipule avec brio les ficelles de son récit. L’écriture est concise, mesurée et suggestive par-delà sa précision chirurgicale.

Lire

Manon Grenier

Urbania

Ce qui fascine avec ce livre, c’est qu’on sait jamais quelle forme le drame va prendre… mais on sent qu’il peut survenir au détour de chaque page/plage.

Lire

Alain Bélier, Librairie Lucioles (Vienne)

Initiales

Le roman est court, terriblement sensuel, d’une grande intensité et d’une grande férocité. […] Lecture addictive s’il en est…

Lire

Frédéric L'Helgoualch

Médiapart

Un récit court mais d’une férocité impressionnante. Un roman tranchant.

Lire

Éric Chouan

Mission Encre Noire

Trop de soleil tue le soleil. Le soleil menaçant, l’astre solaire qui cogne trop fort dans le silence parfait où seule la présence des vagues pourrait être rassurante… Olga Duhamel-Noyer nous invite à nous laisser gagner par l’atmosphère envoûtante de ce quatrième roman… Ni horreur ni polar ni récit ordinaire de l’insoutenable, mais un peu de tout cela. Entrevue avec Olga Duhamel-Noyer.

Écouter

Caroline Tellier

Le Cochaux Show

Olga Duhamel-Noyer sait créer une atmosphère de suspense. C’est un court roman qui nous tient, surtout à la fin! Elle décrit magnifiquement l’île, c’est agréable de déambuler dans les rues blanches de Mykonos. C’est jeune, frais. L’auteure a le vocabulaire juste, elle écrit l’essentiel et nous laisse dans le doute.

Écouter

 

Blogue ICI Artv

Une très belle découverte de 2018 qui vous est chaudement recommandée. Liste des romans d’ici qu’on a adorés en 2018.

Lire

Audrey Deveault

Artichaut Magazine

Les représentations conventionnelles ne sont pas au rendez-vous dans Mykonos.D’un œil aiguisé, Olga Duhamel-Noyer tisse des scènes qui semblent pointer dans une direction, alors que se dessine, en filigrane, un tout autre récit.

Lire