dormir-sans-tete-serie-k
dormir-sans-tete-serie-k

Dormir sans tête

Un chômeur sombre dans l’itinérance alors qu’il est habité d’un singe, sorte de parasite imaginaire semblant déborder de lui ; à Montréal, un homme et une femme se rencontrent dans une ville secrète creusée sous la ville souterraine ; un jeune chercheur de l’Université McGill retrouve en rêve un primatologue soviétique habitant l’Abkhazie en guerre après la chute de l’URSS ; des écrivains ratés vivant à Yamachiche voient leurs imaginaires contaminés par ceux de Kafka et de Beckett ; une enfant arrivée aux portes de l’adolescence adopte un chien sans tête qui l’aide à affronter ses incertitudes et ses peurs…
En brouillant les frontières entre l’humain et l’animal, le réel et le fictif, le passé et le futur, les douze nouvelles de Dormir sans tête semblent échapper au réel, mais proposent un portrait du temps présent où transparaissent nos angoisses et nos craintes.

Finaliste du Grand Prix du livre de Montréal 2019
Finaliste du prix Adrienne-Choquette 2020

9782924666739

132 p.

27/02/19

David Clerson

David Clerson est né à Sherbrooke et vit à Montréal. Son premier roman, Frères, a été lauréat du Grand Prix littéraire Archambault et des Rendez-vous du premier roman. Il est aussi l’auteur d’un recueil de nouvelles, Dormir sans tête, finaliste du Grand Prix du livre de Montréal, ainsi que des romans En rampant et Mon fils ne revint que sept jours, finaliste des Prix littéraires du Gouverneur général.

Photo : Charlie Marois

revue de presse

Sophie Ouimet

La Presse

Comme auteur, j’explore avec des voies inusitées des issues possibles au monde dans lequel on est parfois enfermé. Entrevue avec David Clerson.

Lire

Caroline Tellier

Cochaux Show

En peu de phrases, l’auteur nous transporte ailleurs. Il sait nous captiver… Certaines nouvelles sont sombres, David Clerson décrit bien l’horreur. D’autres sont chargées émotivement, ce n’est pas juste spectaculaire. Ça foisonne d’idées.

Écouter

Marise Belletête

La Recrue

Sous le magnifique titre Dormir sans tête sont rassemblées douze histoires qui explorent les rêves de personnages solitaires cherchant à s’échapper de leur existence. Douze nouvelles qui montrent comment l’étrangeté en vient à gagner du terrain et à déborder de la vie onirique de ces êtres, leur permettant de se détacher de l’actualité et du monde, de supporter le quotidien, et même de se

Lire

Maxime Nadeau

Libraire de force

Entrevue avec David Clerson.

Écouter

Eric Chouan

Mission Encre noire

David Clerson joue un peu les chamanes dans ce livre, il est notre guide aux pays des songes. Tout au long de la lecture, un certain doute plane avec délice : que dissimule l’hospitalité apparente du rêve ? se laisse-t-on dévorer par le réel ou contaminer par les imaginaires ? Entrevue avec David Clerson.

Écouter

Josée Boileau

Le Journal de Montréal

Douze nouvelles comme autant de mauvais rêves, de ceux qui sont sans queue ni tête, tout en étant ancrés dans le réel. Et l’étrangeté est attirante.

Lire

 

La Fabrique culturelle

Portrait en images et en mots.

Voir

Dominic Tardif

Le Devoir

À la fois comique et profondément mélancolique, Dormir sans tête est sans doute aussi le livre le plus politique de David Clerson, qui imagine (sans avoir besoin de beaucoup d’imagination) un monde qui ignore autant ses intellectuels que ses paumés.

Lire

 

Les effrontées

David Clerson est l’un des secrets les mieux gardés de la littérature québécoise. Vraiment fascinant!

Écouter

 

Librairie Coop Zone

Un recueil de nouvelles qui se lit comme un polar contaminé par l’étrange et l’horreur. Une écriture remarquable, d’une grande précision

Laurence Perron

Lettres québécoises

Persistant comme un rêve qu’on parvient mal à chasser au réveil, Dormir sans tête compte parmi ces textes qui habiteront longtemps le lecteur : de cela, on peut sans inquiétude mettre la nôtre à couper.

Simon Boulerice

À mi-chemin entre Kafka, Horacio Quiroga et Raymond Carver se trouvent ces nouvelles de David Clerson. L’auteur crée des personnages avec « le vague sentiment d’exister ». Insolite,tragique et drôle. Vraiment puissant.

Marie-Claude Lapalme

XYZ

On oscille entre le réel et le surnaturel, voire l’onirisme, dans une ambiguïté maîtrisée, bien servie par les finales des nouvelles.

Simon Boulerice

 

À mi-chemin entre Kafka, Horacio Quiroga et Raymond Carver se trouvent ces nouvelles de David Clerson. L’auteur crée des personnages avec « le vague sentiment d’exister ». Insolite,tragique et drôle. Vraiment puissant.