la-bosco-romans
la-bosco-romans

La Bosco

Le jour des funérailles de Suzanne Bosco, un long cortège sillonne la route qui mène au village de Chester. Criblé de dettes, son mari Jacques ne peut lui offrir des obsèques décentes et décide de ne pas se rendre au cimetière afin d’éviter qu’on lui réclame les frais funéraires. La Bosco raconte les heures qui suivent sa fuite et son odyssée dans l’arrière-pays québécois.
Or le nouveau veuf n’échappera pas si facilement à ses derniers devoirs. La Bosco – véritable potentat domestique – entend bien demeurer au centre de sa propre histoire. De même que le spectacle de la chute physique provoque le rire, ce court roman dénué de tout caractère pathétique présente la chute morale de ses personnages dans ce qu’elle a de risible.

Finaliste du prix Médicis 2017
Finaliste du prix Wepler 2017

9782924666289

126 p.

28/08/17
julie-mazzieri
julie-mazzieri

Julie Mazzieri

Julie Mazzieri est née en 1975 à Saint-Paul-de-Chester, dans les Bois-Francs. Elle vit aujourd’hui en Corse.
Son premier roman, Le discours sur la tombe de l’idiot, a été finaliste du Prix littéraire des collégiens et a remporté le Prix du Gouverneur général.
Son second roman La Bosco a été finaliste du prix Médicis et du prix Wepler.

Photo : Pedro Ruiz

revue de presse

 

VOIR

Court roman s’axant sur la détresse d’un clan en pleine perdition tant mentale que financière, La Bosco se déploie par une maîtrise de la langue avec laquelle Mazzieri embrasse son histoire. La concision du roman, rappelant à quelques égards certains contes de Ferron, n’a d’égal que la précision des images que l’auteure parvient à créer au détour de ses phrases.

Lire

Hans-Jürgen Greif

Frontières

Voici enfin un livre aux antipodes des productions lénifiantes et cauteleuses.

Lire

Julie Roy

Coup de pouce

Un roman d’une grande minutie qui dépeint de belle façon du bien mauvais monde. Brillant !

Lire

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit !

Entrevue avec Julie Mazzieri.

Écouter

Laila Maalouf

La Presse

Comique et finement satirique, La bosco enchaîne les clins d’œil et se rit de notre petitesse sur fond d’humour tragicomique.

 

Page par page

La langue est exceptionnellement riche et le style efficace, précis, sans fioritures y est véritablement admirable.

Lire

Josée Lapointe

La presse

Ce court roman finement satirique enchaîne les clins d’œil et se rit de notre petitesse sur fond d’humour tragicomique.

Sophie Ménard

Liberté

L’excès du rite et du rire, l’aspect ludique et pathétique, la dérision noire et mélancolique à l’œuvre dans l’“odyssée à travers la campagne” des Bosco font de ce délectable roman une joyeuse facétie.

Lire

Paul Kawczak

Lettres québécoises

 Court roman naturaliste et métaphysique, voyage au bout de funérailles tant quelconques qu’infernales, La Bosco confirme tout le talent de Julie Mazzieri.

Josée Boileau

Le Journal de Montréal

C’est dur, sans rédemption. Mais c’est raconté dans une langue admirable, aussi riche que la vie des Bosco est asséchée.

Lire

Fabien Deglise

Le Devoir

La Bosco dans la rentrée littéraire. 

Lire

Dominic Tardif

Le Devoir

La langue attentive et chatoyante de Julie Mazzieri.

David Laporte

Nuit blanche

Si l’écriture de Mazzieri avait un visage, ce serait celui d’une femme aux traits délicats, affichant toute la grâce des esprits fins.

Lire

 

Librairie Quai des brumes

Ce roman est une véritable fête païenne, une orgie burlesque…

Lire

Jeanne Bacharach

Mediapart

La Bosco est un roman qui, tel un oiseau, migre, oscille entre le haut et le bas, la chute et le désir de se relever, de s’envoler, le débordement et le retirement.

Lire