tu-aimeras-ce-que-tu-as-tue-serie-P
tu-aimeras-ce-que-tu-as-tue-serie-P

Tu aimeras ce que tu as tué

Le grand-père du jeune Faldistoire se prend pour un fantôme, la mère de Sylvie pratique la sorcellerie et lit l’avenir dans les tarots tandis que, sous le vernis de la normalité, le père de Sébastien cache de sombres desseins. Faldistoire, Sylvie et Sébastien fréquentent la même école primaire, puis, au secondaire, le même collège privé. Où Almanach les rejoint pour devenir, un jour, l’amant de Faldistoire.
Non loin de là, dans le cimetière, sous le regard inexpressif des crapauds, de nouveaux trous sont sans arrêt creusés. Car il ne fait pas bon vivre pour les enfants de Chicoutimi : viols, accidents tragiques, meurtres insensés. Heureusement, la plupart d’entre eux reviennent après le trépas. Ils s’apprêtent à prendre leur revanche.
Un roman rageur et foisonnant, mené au pas de charge.

Finaliste du Prix Médicis 2021
Prix Découverte du Salon du livre du Saguenay−Lac-Saint-Jean 2017
En sélection pour le Prix des Rendez-vous du premier roman 2018
En sélection pour le Prix des libraires 2018
Parmi les 10 jeunes auteurs à surveiller selon Plus on est de fous, plus on lit !

9782898220548

216 p.

12/05/21

Kevin Lambert

Kevin Lambert a grandi au Saguenay et vit à Montréal. Ses deux premiers romans, Tu aimeras ce que tu as tué (finaliste du prix Médicis ; prix Découverte du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean) et Querelle de Roberval (prix Sade, sélection des prix Wepler et Médicis), ont connu un succès éclatant qui a largement dépassé les frontières. Son plus récent roman, Que notre joie demeure, a été lauréat du prix Médicis, en plus de recevoir les prix Décembre et Ringuet.

Photo : Julia Marois

revue de presse

Victor De Sepausy

Actualitté

Un style punk étrangement poétique

Lire

Magazine Trends-Tendances

Un livre beau et dérangeant

Choisir...

Les Inrockuptibles

Dans un anti-conte féroce, gore et queer, Kevin Lambert fustige les dérives et vices de la société québécoise. Terrible.

Choisir...

Christian Dorsan

20 Minutes Livres

C’est punk, violent, tendre, poétique…

Lire

Mathieu Lindon

Libération

Coups de poings, coups de bassin : Pour Libération, Mathieu Lindon a lu Kevin Lambert.

Lire

Ulysse Baratin

En attendant Nadeau

Tu aimeras ce que tu as tué conserve cette belle sécheresse, développe le même univers et l’enrichit, mais lui retire une part de lyrisme et de ce qu’on y trouvait d’emphase, tout en explorant des thématiques plus balisées.

Lire

Victor De Sepausy

Actualitté

Un style punk étrangement poétique

Lire

Charles-Éric Blais-Poulin

La Presse

«Le roman de l’auteur québécois Kevin Lambert Tu aimeras ce que tu as tué figure dans les treize œuvres francophones retenues par le jury du Médicis 2021, l’un des prix littéraires les plus prestigieux dans l’Hexagone.» Entrevue avec Kevin Lambert

Lire