tu-aimeras-ce-que-tu-as-tue-romans
tu-aimeras-ce-que-tu-as-tue-romans

Tu aimeras ce que tu as tué

Le grand-père du jeune Faldistoire se prend pour un fantôme, la mère de Sylvie pratique la sorcellerie et lit l’avenir dans les tarots tandis que, sous le vernis de la normalité, le père de Sébastien cache de sombres desseins. Faldistoire, Sylvie et Sébastien fréquentent la même école primaire, puis, au secondaire, le même collège privé. Où Almanach les rejoint pour devenir, un jour, l’amant de Faldistoire.
Non loin de là, dans le cimetière, sous le regard inexpressif des crapauds, de nouveaux trous sont sans arrêt creusés. Car il ne fait pas bon vivre pour les enfants de Chicoutimi : viols, accidents tragiques, meurtres insensés. Heureusement, la plupart d’entre eux reviennent après le trépas. Ils s’apprêtent à prendre leur revanche.
Un roman rageur et foisonnant, mené au pas de charge.

Finaliste du Prix Médicis 2021
Prix Découverte du Salon du livre du Saguenay−Lac-Saint-Jean 2017
En sélection pour le Prix des Rendez-vous du premier roman 2018
En sélection pour le Prix des libraires 2018
Parmi les 10 jeunes auteurs à surveiller selon Plus on est de fous, plus on lit !

9782924666197

216 p.

20/03/17
kevin-lambert
kevin-lambert

Kevin Lambert

Kevin Lambert est né en 1992 et a grandi à Chicoutimi. Son premier roman Tu aimeras ce que tu as tué, d’abord paru au Québec en 2017, puis en France en 2021, a fait du bruit en plus d’être finaliste du Prix Médicis, en sélection du Prix des libraires et de remporter le Prix découverte du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Son second roman, Querelle de Roberval, a fortement marqué la rentrée littéraire 2018. Il a été finaliste en 2019 du prix Wepler, du Prix littéraire des collégiens, du Prix des libraires et du Prix littéraire du Monde, avant de remporter le prix Sade, le prix Ringuet, le Prix du CALQ – Œuvre de la relève, et le Prix du roman décerné par le Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il a également fait partie de la première sélection du prix Médicis.

Photo : Les*Marois

revue de presse

Josée Boileau

Le Journal de Montréal

C’est un roman puissant d’images fortes, d’imagination, de confrontations, et d’une rage qui va en montant tout au long du ­récit. Un récit d’apocalypse où le glauque prédomine et dont Chicoutimi est la vedette.  »Je vais détruire Chicoutimi », ­promet l’enfant narrateur. Un sombre dessein, raconté avec ­talent, pour ceux qui aiment ce qui tue.

Écouter

Mali Navia

Artv

Tant que ce que je lis ne me satisfait pas, je vais le travailler. Entrevue avec Kevin Lambert.

Écouter

Victor De Sepausy

Actualitté

Un style punk étrangement poétique

Lire

 

La Fabrique culturelle

Kevin Lambert lit un extrait de Tu aimeras ce que tu as tué.

Écouter

Josée Boileau

Le Journal de Montréal

C’est un roman puissant d’images fortes, d’imagination, de confrontations, et d’une rage qui va en montant tout au long du récit. Un récit d’apocalypse où le glauque prédomine et dont Chicoutimi est la vedette.  »Je vais détruire Chicoutimi », ­promet l’enfant narrateur. Un sombre dessein, raconté avec ­talent, pour ceux qui aiment ce qui tue.

Stéphane Boivin

Blogue des communications étudiantes universitaires de Chicoutimi

Un livre qu’il faudrait cacher au creux d’un rayon dans les bibliothèques de toutes les écoles de la commission scolaire. Le laisser là afin qu’un jour un jeune narrateur en puissance y trouve toute la liberté que peut offrir la littérature.

Lire

Charles-Éric Blais-Poulin

La Presse

«Le roman de l’auteur québécois Kevin Lambert Tu aimeras ce que tu as tué figure dans les treize œuvres francophones retenues par le jury du Médicis 2021, l’un des prix littéraires les plus prestigieux dans l’Hexagone.» Entrevue avec Kevin Lambert

Lire

Anne-Marie Gravel

Le Quotidien

Difficile de rester indifférent à Tu aimeras ce que tu as tué. Avec son premier roman, qui prophétise l’autodestruction de Chicoutimi, Kevin Lambert en a certainement fait sourciller plusieurs… Entrevue.

Lire

Claudia Larochelle

Téléjournal, RDI

Kevin Lambert est une voix authentique, un souffle nouveau. Tu aimeras ce que tu as tué est une histoire envoûtante que je n’ai pas pu oublier.

 

Les Herbes Folles (CISM)

« Le passé est très lourd, le futur aussi. Détruire Chicoutimi, c’est se libérer à la fois de l’un et de l’autre. Un fantasme d’ouvrir les voies de l’avenir. Par la destruction vient l’espoir d’ouverture. Un sentiment de jouissance, de plaisir en découle, libérateur. » Entrevue avec Kevin Lambert.

Écouter

Victor De Sepausy

Actualitté

Un style punk étrangement poétique

Lire

Dominic Tardif

Le Devoir

Sauvagement étrange, mais aussi furieusement ensorcelant… un chant sombre d’un jeune queer en colère, fantasme de vengeance tordu, rêve halluciné d’une apocalypse aussi salvateur qu’un incendie de forêt, Tu aimeras ce que tu as tué exacerbe jusqu’à l’excès la laideur ordinaire d’un Québec pris dans l’étau de ses préjugés.

Olivier Boisvert, librairie Marie-Laura

Radio-Canada

Servi par une langue agile et râpeuse, un roman qui nous présente la mythologie saguenéenne avec la malice d’un enfant d’école et l’outrecuidance d’un rebelle. Une honnêteté, une franchise fulgurante qui mettent le lecteur à rude épreuve, mais on finit par ne plus pouvoir s’en passer. Une entrée fracassante dans les lettres pour Kevin Lambert!

Geneviève Pettersen

Culture Club

Un coup réussi. J’ai été beaucoup touchée par ce bel et horrible règlement de compte à la prose maîtrisée et au merveilleux titre.

Écouter

Magazine Trends-Tendances

Un livre beau et dérangeant

Choisir...

Nathalie Slupik

Le fil rouge

L’effet d’une claque en plein visage…

Lire

Simon Boulerice

Une merveille d’unicité!

 

Médium Large

Un anti-1er roman, comme une lettre de haine envers Chicoutimi. Tu aimeras ce que tu as tué se lit comme une rafale de mitraillette, avec grand plaisir, c’est jubilatoire.

Lire

Les Inrockuptibles

Dans un anti-conte féroce, gore et queer, Kevin Lambert fustige les dérives et vices de la société québécoise. Terrible.

Choisir...

Médium Large

Un anti-1er roman, comme une lettre de haine envers Chicoutimi. Tu aimeras ce que tu as tué se lit comme une rafale de mitraillette, avec grand plaisir, c’est jubilatoire.

Dominic Tardif

Le Devoir

Sauvagement étrange, mais aussi furieusement ensorcelant… un chant sombre d’un jeune queer en colère, fantasme de vengeance tordu, rêve halluciné d’une apocalypse aussi salvateur qu’un incendie de forêt, Tu aimeras ce que tu as tué exacerbe jusqu’à l’excès la laideur ordinaire d’un Québec pris dans l’étau de ses préjugés.

Rebecca Makonnen

On dira ce qu'on voudra, Radio-Canada

Le fascinant Tu aimeras ce que tu as tué, point de départ de notre réflexion sur la culture en région, entre médisance et romantisme. 

Écouter

Christian Dorsan

20 Minutes Livres

C’est punk, violent, tendre, poétique…

Lire

Claudia Larochelle

Téléjournal, RDI

Kevin Lambert est une voix authentique, un souffle nouveau. Tu aimeras ce que tu as tué est une histoire envoûtante que je n’ai pas pu oublier.

Ariane Gélinas

LQ

Nul doute, Kevin Lambert signe avec Tu aimeras ce que tu as tué une première œuvre puissante, personnelle et kaléidoscopique, qui cisaille, empaille le cœur à mains nues.

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit

De l’avis de tous, une réelle réussite.

Lire

Mathieu Lindon

Libération

Coups de poings, coups de bassin : Pour Libération, Mathieu Lindon a lu Kevin Lambert.

Lire

 

Épilogue (CKIA)

Il y a quelque chose de pourri à la Place du Royaume à Chicoutimi… Un premier roman impitoyable

Lire

Lisanne Rhéault-Leblanc

Clin doeil

Entrée fracassante en littérature, ce premier roman a été unanimement apprécié des lecteurs depuis sa sortie. Kevin Lambert orchestre un ballet de mort hypnotique dans un Chicoutimi inquiétant, délétère, où la vie des enfants de l’école primaire Réjean-Tremblay ne tient qu’à un fil.

 

L'as-tu lu?

Un titre rentre-dedans… singulier… étrange… fascinant. À découvrir.

Lire

Ulysse Baratin

En attendant Nadeau

Tu aimeras ce que tu as tué conserve cette belle sécheresse, développe le même univers et l’enrichit, mais lui retire une part de lyrisme et de ce qu’on y trouvait d’emphase, tout en explorant des thématiques plus balisées.

Lire

Olivier Boisvert, librairie Marie-Laura

Les Libraires

Dans une langue agile et râpeuse, Kevin Lambert dégaine avec une vélocité rare. L’âpreté du récit met le lecteur à rude épreuve et gaine le roman d’une tension brumeuse dont on finit par ne plus pouvoir se passer… D’une beauté vénéneuse…

Écouter

chantal Guy

La presse

Chicoutimi comme vous ne l’avez jamais lu, par un jeune auteur très doué, qui se permet absolument tout.

Chantal Guy

La Presse +

Dans une langue de plus en plus incantatoire et hallucinée, Kevin Lambert propose, à seulement 24 ans, un premier roman puissant et inventif, à cheval entre les souvenirs et le fantastique, drôle et violent, incroyablement libre tout en étant maîtrisé. On peut prévoir sans se tromper qu’il sera dans les listes des prix cette année.

Lire

P.-A. Buisson

Ton barbier

Le réalisme magique contemporain est un terrain souvent périlleux, mais cet impressionnant premier roman nous prouve que la relève a bien fait ses devoirs.

Écouter

Ariane Gélinas

LQ

Nul doute, Kevin Lambert signe avec Tu aimeras ce que tu as tué une première œuvre puissante, personnelle et kaléidoscopique, qui cisaille, empaille le cœur à mains nues.

Samuel Larochelle

Huffington post

L’écrivain saguenéen est doté d’un talent brut, tout simplement. De page en page, il déploie une langue puissante, imagée, libre et a-b-s-o-l-u-m-e-n-t jouissive.

Écouter

Martine Desjardins

L'actualité

Un choc dont on ne veut pas se remettre.

Écouter

Simon Boulerice

 

Une merveille d’unicité!

 

Culture Hebdo

Kevin Lambert nous tient captifs de la première à la dernière ligne. Le romancier, ce n’est pas la moindre de ses qualités, est un créateur de climats. Le lecteur n’est jamais au repos. Tant mieux.

Lire