sans-terre-noir
sans-terre-noir

Sans terre

Île d’Orléans, quelques années devant nous. Un incendie ravage le chalet de Gabrielle Rochefort, militante écologiste notoire, au moment même où, sur la rive d’en face, l’intéressée participe à une grande manifestation contre la pétrolière Cliffline Energy. Existe-t-il un lien entre les deux événements ? Lorsqu’on retrouve, non loin du sinistre, le cadavre d’un employé de la ferme où Gabrielle travaille, les soupçons se tournent plutôt vers le contremaître, dont le caractère violent n’est un secret pour personne. Mais la militante soutient qu’il n’est qu’une pièce égarée du casse-tête et qu’un vaste complot se trame, qui remonte peut-être jusqu’aux hautes instances du gouvernement. Le dénommé Chef, retraité de la SQ et ancien amant de Rochefort, cherche la vérité derrière la paranoïa. Dans l’ombre des services de police, il mène sa propre enquête.
Avec ce polar à trame politique, dont le rythme s’emballe jusqu’à la collision finale, Marie-Ève Sévigny imagine un Québec rongé par la corruption où même le paysage est à vendre. Un Québec qui, somme toute, n’est pas si loin du nôtre.

Sélectionné au Prix France-Québec 2017
Finaliste du Prix coup de cœur des Amis du polar 2017

9782924666098

272 p.

26/09/16
marie-eve-sevigny
marie-eve-sevigny

Marie-Ève Sévigny

Marie-Ève Sévigny dirige la Promenade des écrivains. Elle est l’auteure du recueil de nouvelles Intimité et autres objets fragiles (Triptyque, 2012). En collaboration avec Chrystine Brouillet, elle a aussi publié Sur la piste de Maud Graham. Promenades et gourmandises (Parfum d’encre, 2014), récompensé par le prix Marcel-Couture.

Photo : Toma Iczkovits

revue de presse

Bärbel Reinke

Les bouquins d'abord (CKRL)

Un roman noir, très noir. Un roman politique. Un roman social. Très bien écrit, bien sûr et aux personnages éminemment sympathiques.

Voir

Marie-Andrée Lamontagne

Parking Nomade

Que se passe-t-il quand ceux qui détiennent le pouvoir politique sont corrompus ? Quel recours alors ? Sans terre remoue toute cette boue. Entrevue avec Marie-Ève Sévigny.

Voir

Claude Bernatchez

Première heure, Radio-Canada

Sans terre est un polar militant très riche. Entrevue avec Marie-Ève Sévigny.

Héloïse Goy

Télé 7 Jours

En mêlant à un rythme effréné écologie, politique et corruption, l’auteure québécoise signe un premier roman noir, addictif et intelligent.

Écouter

Valerie Lessard

Les malins - Radio-Canada

Héliotrope noir est une collection pas piquée des vers pour ceux qui aiment le polar qui remet en question les enjeux sociaux, et c’est le cas évidemment de Sans terre, qui traite de terrorisme écologique, ni plus ni moins. Le côté noir du roman est assumé: Marie-Ève Sévigny fait réfléchir au niveau de plein d’enjeux actuels, sans se perdre, sans tomber dans l’essai.

Voir

 

Les Libraires

Un polar politique audacieux et enlevant.

Lire

Guillaume Chérel

VSD

Parmi nos dix coups de cœur!

Lire

Richard Migneault

Polar, noir et blanc

Un polar abouti… criant de vérité… une écriture ciselée… un regard presque impertinent sur la société québécoise contemporaine… une auteure très douée… Je vous recommande vivement Sans terre, vous en aurez pour votre argent.

Lire

Norbert Spehner

La Presse +

 Le meilleur du polar. Un « écopolar » intelligent, d’une écriture élégante et dont la thématique politique et écologique, ainsi que les protagonistes tragiquement attachants, ne laissera personne indifférent.

Écouter

Héloïse Goy

Télé 7 Jours

En mêlant à un rythme effréné écologie, politique et corruption, l’auteure québécoise signe un premier roman noir, addictif et intelligent.

Tanya Beaumont

Lezarts Québec

Sans terre est un roman engagé, mais pas un scénario catastrophe, parce qu’on y est déjà! Entrevue avec Marie-Ève Sévigny. 

Lire

Norbert Spehner

La Presse +

Le meilleur du polar. Un « écopolar » intelligent, d’une écriture élégante et dont la thématique politique et écologique, ainsi que les protagonistes tragiquement attachants, ne laissera personne indifférent.

Josée Boileau

Le Journal de Montréal

Marie-Ève Sévigny frappe fort. Sans terre démarre sur les chapeaux de roues et tout s’enchaîne sans faux-pas. Des personnages crédibles, des retournements de situation plausibles, un propos intelligent, une écriture maîtrisée et un décor bien planté: un défi relevé!

Voir

Véronique Côté

Le Devoir

L’écriture de Marie-Ève Sévigny est remarquablement efficace et fluide ; elle s’incarne dans un scénario à voies multiples et des personnages vivants qui se tiennent tout au long du livre. C’est précisément ce qui rend son récit si vrai qu’on en a des sueurs dans le dos.

Lire

 

La Fabrique culturelle

Entrevue avec Marie-Ève Sevigny.

Lire

Martine Desjardins

L'actualité

Un roman noir à l’intrigue vraiment astucieuse.

Lire

Alex Bellemare

Canadian Literature

L’intérêt de Sans terre ne réside pas uniquement dans son intrigue (menée brillamment et aux multiples complications), mais dans les thématiques explorées, peu fréquentes dans le roman noir.

Lire

Les Libraires

Une lecture marquante dans notre classement du meilleur de 2016.

Morgane Marvier

Carnets noirs

Une dénonciation de la corruption. Une fiction un peu trop proche de notre réalité pour être confortable et c’est tant mieux comme ça. Il y en avait peut-être déjà quelques-uns, mais Sans terre marque pour moi l’arrivée du roman noir engagé dans un paysage polar québécois qui en manquait et cela fait du bien !

Véronique Côté

Le Devoir

Un roman indigné, traversé de part en part par la politique croisant le brasier d’une âpre résistance citoyenne, menée par l’assoiffée incandescente Gabrielle Rochefort.

 

Epilogue (CKIA)

À l’occasion de la sortie de son premier roman noir, entrevue avec Marie-Ève Sévigny.

Gilbert Chevalier

France Info

Un roman qui aborde avec finesse la question du militantisme écologique ou plus largement celui du militantisme politque, jusqu’où il est possible d’aller pour défendre une cause.

Lire

André Jacques

Le Cochaux Show

Marie-Ève Sévigny récupère l’actualité pour faire un excellent roman noir à saveur politique. Je recommande fortement.

Alexandre Marechal

Un dernier livre avant la fin du monde

Par les temps qui courent, un polar qui aborde si frontalement la question de la corruption et du dédain de l’environnement par ceux qui sont en charge de le sauver est salutaire. C’est pour cela que la lecture de ce roman est nécessaire, ne serait-ce que pour s’informer et s’interroger.

Écouter

Chrystine Brouillet

Salut, Bonjour

Un polar politique audacieux, remarquablement écrit, qui démonte les mécanismes de la corruption avec une lucidité qui fait froid dans le dos. Malgré la gravité du sujet, le roman demeure lumineux grâce à l’empathie palpable de l’auteure pour les moins nantis et à la présence de ce «Chef»… Ajoutons à cela des répliques percutantes et des descriptions somptueuses et émouvantes des lieux!