Romans

Je n'en ai jamais parlé à personne

En octobre 2017, devant la vague de témoignages suscitée par le mouvement #moiaussi, j’ai senti une urgence : une fois sorties du silence, nous ne devions pas y retourner. C’est la raison pour laquelle j’ai lancé un appel. Ce livre est une chambre d’échos. Un chœur. Sans déesse ni héroïne en tête, des voix avancent. Nous faisons front commun.

Martine Delvaux

 

 

 

 

Parution le 02/03/20

Je n'en ai jamais parlé à personne

126 pages

9782898220098

Martine
Delvaux

Revue de presse

« L’auteure met sur papier la voix, la personnalité et l’histoire de plus d’une centaine de femmes dans cet ouvrage frappant, suivant la vague de témoignages suscitée par le mouvement #moiaussi. »

« Impossible de ne pas être bouleversé devant le travail de Martine Delvaux, qui s'est donné comme mission de recueillir et d’agencer les paroles de femmes pendant le mouvement #moiaussi. »

« Entrevue avec Martine Delvaux. »

Frédérique Dufort Salut bonjour Isabelle Dion Coopsco FX Garneau Mission encre noire Éric Chouan

« Par la technique du collage, les témoignages sortent de leur confinement, les survivant.e.s échappent à leur solitude et forment une unité. Je n’en ai jamais parlé à personne, c’est un collage de douleurs, un cadavre exquis de l’horreur d’un quotidien qui est celui des femmes. »

« Un livre tranchant qui s’attaque au nœud gordien du silence de nos sociétés. »

« J’avais l’impression d’être un porte-voix, une messagère. Ma ligne directrice était d’essayer de trouver des pierres brutes dans les témoignages. Entrevue avec Martine Delvaux. »

Artichaut Magazine Philippe Fortin, librairie Marie-Laura Les Libraires Marie-France Bornais Le journal de Québec

« Une poésie trash, dure et lyrique à la fois, sensible et d’une violence inouïe. »

« J’ai travaillé ces témoignages avec un regard de littéraire, comme un sculpteur travaille de la glaise. Entrevue avec Martine Delvaux. »

« On a tendance à dire en littérature, encore aujourd’hui, que les textes intimistes et autobiographiques de femmes ne sont pas très intéressants, qu’ils sont nombrilistes: Entrevue avec Martine Delvaux. »

Sylvia Galipeau La presse Anne-Frédérique Hébert-Dolbec Le Devoir Franco Nuovo Dessine-moi un dimanche

« Un livre à lire et à partager autour de soi! »

« J’écris en nuances, avec une stratégie narrative, lyrisme… Entrevue avec Martine Delvaux »

Amélie Revert Métro Sylvia Galipeau La presse

Du même auteur