Romans

Vos voix ne nous atteindront plus

Une jeune femme s’est fait voler son prénom par une hackeuse notoire, et tout le monde les confond. Par exemple ce riche Californien qui insiste pour qu’elle vienne travailler pour lui. Autrement, sa vie n’a rien de très palpitant : quand elle ne s’occupe pas du chien aveugle de sa défunte proprio, elle laisse le temps s’écouler, buvant trop, dormant tard. Jusqu’à ce que le chien soit assassiné dans des circonstances dignes d’un mauvais film d’horreur et qu’un homme déguisé en cheval se mette à rôder dans le quartier, proférant injures et menaces. Peut-être que le moment est venu de fuir Montréal et tous les gâcheurs d’air qui hantent son existence. Faute de trouver la paix, elle aura au moins une chance de sauver sa peau.

 

Paru le 28/01/19

Vos voix ne nous atteindront plus

198 pages

9782924666760

Julien
Guy-Béland

Revue de presse

« Entrevue avec Julien Guy-Béland. »

« Empruntant à l’esthétique cyberpunk, Vos voix ne nous atteindront plus nous offre une virée hallucinée dans un monde contaminé et même transformé par les complotistes et la paranoïa généralisée. »

« Mêlant l’horreur et l’espionnage, le roman de Guy-Béland, qui frôle aussi la science-fiction, a de quoi dépayser les lecteurs aguerris. Influences américaines dans la trame, parler très québécois, Vos voix ne nous atteindront plus est un tour de force, un aimant qui nous tire toujours plus loin, dans le fond du baril. Une belle descente aux enfers, digne de celle du Walter White de Breaking Bad. »

Amélie Boivin Handfield Samedi de lire Chantal Guy La Presse Ariane Lessard La Fabrique crépue

« L'auteur a l'audace d’aller dans un thriller qui n’est pas dicté par la raison, mais où on s’engouffre à l'intérieur d'un univers hallucinogène, dans la tête de la narratrice qui perd le sens réel des choses et qui hallucine presque une fiction autour d’elle. »

« Je voulais écrire un texte à la une forme hybride, construit avec un réseau de voix qui s’entremêlent et qui s’entrecoupent. Entrevue avec Julien Guy-Béland.
 »

« Le processus d’écriture s’est étalé sur le long terme. J’ai hésité sur la forme, la voix de la narratrice, sur plusieurs aspects. Mais je crois que l’écriture est une pratique qui se développe durant toute une vie. Entrevue avec Julien Guy-Béland.
 »

Catherine Emmanuel Brunet Les Herbes folles Marie-Louise Arsenault Plus on est de fous, plus on lit! Franck Jr Rodi Les Versants

« Un univers glauque entre Hochelaga et Los Angeles, hacking, rituels sanglants, théories conspirationnistes, en plus d'une écriture habitée qui roule à toute vitesse sur la page. J'ai adoré me perdre dans cette prose limite paranoïaque. Quelque part entre Kathy Acker et Catherine Mavrikakis »

« Julien Guy-Béland signe un premier roman qui ressemble à un exercice de mixologie hors norme qui le situe quelque part entre les rêveries glauques et labyrinthiques d’un William S. Burroughs et l’univers de David Lynch, à coups de logique narrative tordue et d’étranges apparitions. »

« Brutal comme une écriture gonzo débridée, accrocheur et radical comme un bon riff de métal, Vos voix ne nous atteindront plus, vous fera trébucher sur les milliers de cadavres qui restent englués dans l'asphalte naturel de La Brea Avenue. Ça vous étonne ? Parfait ! Il en va pour l'écriture comme pour la musique, après tout: si c'est trop fort, tu es peut être rendu trop vieux pour ça ! Entrevue avec l'auteur »

David Cantin Libraire à Coop Zone Christian Desmeules Le Devoir Eric Chouan Mission Encre noire

« Le premier roman Vos voix ne nous atteindront plus semble couver tout un monde de visions sacrilèges et d’ensorcelantes images subversives. »

« Nous pataugerons dans les théories conspirationnistes lorsqu'une jeune femme sans histoire se fera voler son identité par une «hackeuse» célèbre, dans ce premier roman qui nous promène de Montréal à Los Angeles. »

Dominic Tardif Le Devoir Chantal Guy La Presse