Noir

La disparition de Kat Vandale

En fuyant la banlieue, Kat a surtout fui une vie trop ordinaire. Tombée sous le charme d’un membre de gang de rue, elle est devenue travailleuse du sexe et, jusqu’à la résurgence d’une vidéo incriminante pour ses proxénètes, elle croyait pouvoir continuer comme ça encore un temps. Maintenant, elle est en danger et doit se faire oublier. Son amie Mélissa, gérante de l’agence d’escortes qui l’emploie, voudrait s’assurer qu’elle est parvenue à se mettre à l’abri, mais Kat ne répond plus à l’appel, et une attaque au cocktail Molotov contre leur lieu d’affaires laisse croire que la guerre a déjà commencé.

Le champ de bataille qui s’étend des coins interlopes de Rivièredes- Prairies aux mornes quartiers résidentiels de la couronne sud voit aussi s’affronter promoteurs de boxe, entrepreneurs, politiciens municipaux et producteurs de films XXX. Sous la plume impitoyable de l’auteur, personne n’échappe aux coups

La disparition de Kat Vandale

208 pages

9782924666494

Christian

Giguère

Revue de presse

« Je voulais écrire une espèce de Tandis que j'agonise de William Faulkner avec plusieurs voix, une voix par chapitre. Entrevue avec Christian Giguère. »

« L’écriture de Giguère est intéressante lorsque surgissent, parmi les pistes qui s’entrecroisent, ses réflexions sur la vie en général et la littérature en particulier. Sa peinture des différents milieux que fréquente son héroïne est souvent fort juste... »

« L'histoire est bien menée, sans invraisemblances. Pour un premier roman, c'est en soi un exploit. »

Manon Dumais Le Devoir Michel Bélair Le Devoir Daniel Marois Huffington Post

« L’auteur réussit un véritable tour de force. »

« Une galerie de personnages très typés dont la plupart sont issus du monde interlope et des dialogues très punchés! »

« Des vibrations de basses profondes s'échappent des Bentley, des flashs lumineux factices éclairent ce milieu interlope qui se faufile à travers les fissures de la métropole et de sa banlieue. Christian Giguere jette un regard convainquant sur les mélodies en sous-sol de la ville. Un vrai régal. »

Christophe Rodriguez Le Journal de Montréal Norbert Spehner Eric Chouan Mission encre noire